Des fleurs dans la ville
/
  • En pleine terre ou sur des toits et terrasses, l’agriculture urbaine s’ouvre petit à petit à des projets de production de fleurs coupées. © Ferme florale urbaine

  • Les anciens murs à pêches de Montreuil ont, par exemple, été reconvertis en murs à fleurs. Sophie Jankowski a récupéré une parcelle de 7 000 m² pour la production de fleurs coupées en plein champs fin 2019. © Murs à fleurs

  • Également en pleine terre, mais sur environ 1 000m², Masami-Charlotte cultive, depuis 2017, des fleurs à la main dans le 20ème arrondissement de Paris. Ici, en mars 2019. © Léna Hespel

  • Félix et Tran-Phi ont, pour leur part, investi les toits et terrasses de l’hôpital pour enfants Robert-Debré (19e arrondissement) en 2019. © Ferme florale urbaine

  • Mais l’agriculture urbaine comporte son lot de limites. Notamment, concernant le sol. Sur les toits et terrasses de l’hôpital Robert-Debré, le sol était très pauvre et il a fallu le travailler. © Ferme florale urbaine

  • En parallèle de la production, l’idée était de transformer les terrasses en jardin et lieu de promenade. © Ferme florale urbaine

  • Aux murs à fleurs, les planches de culture ont été imaginées pour composer des bouquets fleuristes de saison. © Murs à fleurs

  • Les fleurs sont ensuite vendues sur place ou dans un kiosque à fleurs place de la République à Paris. © Murs à fleurs

  • En octobre, la saison se terme pour la ferme florale urbaine. © Léna Hespel

Lorsque l’on parle d’agriculture urbaine, on pense surtout légumes, assez peu aux fleurs.
Pourtant, ces dernières années, des agriculteurs urbains d’un nouveau genre ont fait leur apparition, notamment à Paris.

Masami-Charlotte Lavault* cultive des fleurs à la main et en plein champ à côté du métro Télégraphe depuis 2017.
En 2019, Félix et Tran-Phi ont commencé à investir les toits et terrasses de l’hôpital pour enfants Robert-Debré dans le 19e arrondissement.
La même année, Sophie Jankowski a investi d’anciens murs à pêches de Montreuil (93), rebaptisés murs à fleurs.

Ces trois projets ouvriront peut-être la voie à d’autres, et permettront aux citadins de découvrir ou redécouvrir la saisonnalité des fleurs coupées.

Léna Hespel

* « Cultiver des fleurs en pleine ville », Le Lien horticole n° 1087, p. 46-47

Pour en savoir plus : Lire « L’agriculture urbaine désormais en fleurs ! » dans le Lien Horticole n°1100