Les fleuristes saluent une bouffée d’oxygène

La FFAF, Fédération française des artisans fleuristes, s’est félicitée des annonces faites par le Gouvernement pour soutenir l’économie le 8 octobre. Le syndicat estime avoir été entendu, et que - grâce aux mesures prises - « des entreprises pourront être sauvées ».
La F.F.A.F a, en particulier, tenu à saluer « la qualité d’écoute du ministre délégué Alain Griset, chargé des TPE/PME et de l’artisanat, et l’attention apportée aux artisans fleuristes au sein du ministère l’Économie ». Et la fédération de préciser qu’en « intégrant les fleuristes dans les dispositifs spécifiques liés à l’événementiel et au tourisme, une partie des entreprises concernées seront en mesure de pérenniser leur activité ».
10 à 20 % des fleuristes seraient éligibles aux mesures gouvernementales [leur nombre est estimé à environ 14 000 en France, NDLR].
L’organisme estime toutefois que la conjoncture demeure incertaine et que d’autres leviers pourraient être actionnés, comme la TVA à taux réduit sur l’ensemble de l’offre florale et végétale. La FFAF estime qu’au printemps prochain, 15 % des fleuristes pourraient avoir baissé le rideau.

Les biostimulants ont leur Académie

AFAÏA et l’Académie des Biostimulants ont annoncé être partenaires associés dans le projet « Biostimulant Academy », coordonné par AkiNaO.
« Biostimulant Academy » est un programme financé par ERASMUS +, une initiative européenne pour le développement de projets éducatifs et professionnels.
Il vise à créer de nouveaux outils de formation à distance sur les biostimulants, destinés à un large public (organismes de formation, universités, écoles, chambres d’agriculture, instituts techniques, professionnels...) dans différents pays européens et disponibles en plusieurs langues, afin de leur permettre de mieux comprendre le secteur et l’utilisation des biostimulants.
Ce projet est à l’initiative du collège « Biostimulants » d’AFAÏA, qui regroupe environ 40 entreprises adhérentes.

Portes ouvertes sur les hortensias

Les pépinières du Haut-Bois (Taupon,56), spécialisées dans les productions d’hortensias, ouvriront leurs portes du 16 au 18 octobre.
« Cette année les remontées de fleurs et les couleurs d’automne sont superbes et c’est encore une période de l’année toujours méconnue de nos visiteurs », explique Ronan Garin, qui dirige l’entreprise et espère que ce week-end « sera l’occasion de faire découvrir une pépinière unique en Europe de par sa diversité de la collection (750 variétés différentes) et sur son étendue (13 hectares) ».
Il animera une conférence sur la taille et les entretiens à réaliser sur les différents hydrangesa le dimanche 18 octobre à 10 h 45.

Paysage, des métiers qui recrutent

Avec sa plateforme d’offres d’emploi Indeed, Capital avait sélectionné les « 8 métiers verts qui recrutent le plus »*. Les métiers du paysage y tiennent trois bonnes places.
Pour chaque métier, le site internet indique la part que cet « emploi vert » représentait dans le total des offres d’emploi vert publiées entre le 19 mars et le 17 juillet 2020.
1er : ouvrier paysagiste
L’ouvrier (ou jardinier) paysagiste - métier vert qui recrute le plus - était au moment de la publication le plus recherché par les recruteurs, avec 16,3 % des offres d’emplois verts.
4è : chef d’équipe/chef de chantier paysagiste
Le chef d’équipe (aussi appelé chef de chantier) paysagiste faisait partie des métiers verts les plus demandés par les recruteurs, avec 5,1 % des offres d’emploi vert publiées sur Indeed.
7è : conducteur de travaux paysagers
Le conducteur de travaux paysagers représentait 2,9 % des annonces pour des emplois verts publiées sur Indeed.
Et demain…
Pour demain, dans sa catégorie « Environnement : 9 métiers qui ont de l’avenir », la plate-forme mentionne l’« Agriculteur urbain ». Celui-ci exercera en ville, en circuit court, sur des surfaces verticales ou planes, ouvertes ou fermées.
*Le classement complet

58è SIA annulé

Le salon international de l’agriculture, qui devait se tenir du 27 février au 7 mars 2021 à Paris, est annulé.
Les organisateurs, non assurés contre la pandie Covid-19, n’ont pas voulu prendre le risque d’être obligés d’annuler à la dernière minute.
D’autant qu’octobre est la pleine saison des réservations fixes par les exposants.
« Face aux conséquences de la pandémie de #COVID19 impliquant restrictions, obligations et contraintes pour la tenue d’événements et de salons, le #SIA2021 est reporté sur l’édition 2022 », affichent les organisateurs sur leur site internet.

DECES

Philippe Bizet, disparu le 3 octobre 2020
Photographe horticole, Philippe Bizet était connu et reconnu dans la profession pour son amabilité, sa bienveillance et son grand humour…
« De formation horticole dans une grande école parisienne, il a commencé sa carrière aux éditions Floraisse, là où je l’ai connu. Son activité principale : activité principale la fabrication de catalogues professionnels. Très connaisseur de roses et de ligneux, il a beaucoup œuvré pour l’obtenteur rosiériste Meilland en réalisant leur catalogue pendant de nombreuses années…
Proche des producteurs (Pépinières Taillandier, Pépinières Jacques Briant, rosiéristes…) pour qui il réalisait les brochures, il a parcouru les champs de roses avec son Nikon, son sécateur et son inséparable chien… en pays lyonnais et angevin.
On le rencontrait chaque année à Courson, au Salon du Végétal, dans les salons et manifestations horticoles.
Photographe horticole, il vendait des photos à des fabricants de chromos…
Il était mon ami, mon compagnon de route professionnelle », témoigne Jacques Moreau, photographe horticole lui-aussi.
L’équipe du Lien horticole se joint à Jacques pour soutenir la famille de Philippe, de même que – notamment – les pépinières Michel Taillandier de Savennières (49).

Portes ouvertes : Les Jardins d’Ollivier rattrapent le retard !

Après avoir dû annuler les manifestations du printemps, la pépinière Les Jardins d’Ollivier (Saint-Vrain, 91) ouvrent leurs portes ce week-end pour proposer leur gamme de fruitiers parfois méconnus, plantes grimpantes, arbustes, etc.
Et puisque l’entreprise risque de devoir réguler l’entrée des visiteurs, crise sanitaire oblige, les portes ouvertes sont prolongées les 23, 24 et 25 octobre.

La rédaction