Horticulteurs en Pays-de-la-Loire, la « catastrophe »

Jean-Marc Auray, président de l’Association régionale de la filière horticole (Arfho) et responsable des Pépinières du Vald’Erdre, lance un cri d’alarme : « C’est toute une filière qui souffre du reconfinement ». La fédération a écrit au Premier ministre pour l’alerter sur la situation économique intenable dans laquelle se trouvent les entreprises de la filière horticole régionale. Celle-ci représente 9 % des entreprises en France, 315 millions d’euros de chiffre d’affaires (22,6 % du CA national) et 3 932 emplois équivalent temps plein dont 2 577 permanents.
Source : Le Courrier de l’Ouest, le 12 novembre 2020

Victoires du paysage : remise des prix reportée

Les Victoires du paysage 2020 s’étaient déroulées à peu près normalement jusqu’ici : les jurys ont tourné et rendu leur verdict.
Par-contre, la remise des prix, prévue à Paris le jeudi 10 décembre 2020, est reportée. La cérémonie aura lieu en 2021, « dans un contexte ‘plus favorable’ », précise Val’Hor, qui organise les Victoires.

Interprofession Val’Hor, échanges réguliers

Le deuxième confinement met de nouveau la filière à l’épreuve.
Avec les présidents des fédérations professionnelles, les responsables de Val’Hor ont repris leurs échanges quasi journaliers et leurs actions d’influence pour débloquer chaque situation qui peut l’être. « Nous avons un seul objectif : rendre disponibles les fleurs et plantes, partout, le plus vite possible. Il en va de la survie d’un grand nombre d’entreprises, déjà gravement impactées après le premier confinement.
De nouveau je vous invite à communiquer localement pour alerter sur votre situation et à mettre en place les dispositifs autorisés de vente (drive, livraison à domicile…) en respectant scrupuleusement les protocoles sanitaires et les gestes barrières. Maintenir un lien avec vos clients est très important. Comme au printemps, nous vous tiendrons informés de l’évolution de nos démarches et des communications de l’ensemble des fédérations. Prenez soin de vous » conseille Mikaël Mercier, président de VAL’HOR et pépiniériste.

Jardineries et animaleries de France : nouveau site internet

Les Jardineries et animaleries de France, ex FNMJ, Fédération nationale des métiers de la jardinerie, viennent de lancer leur nouveau site internet. Celui-ci traduit le nouveau positionnement et la nouvelle identité de la Fédération. 4 rubriques sont mises en avant, la Fédération, rejoindre, les professions et les publications.
L’extranet de la Fédération, réservé aux adhérents, changera de couleurs l’an prochain.
En savoir plus : www.jardineries-animaleries.org

Écologie des toitures végétalisées : restitution de l’étude GROOVES

L’Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France et ses partenaires ont engagé entre 2017 et 2019 l’étude GROOVES (pour Green ROOfs Verified Ecosystem Services). Il s’agit d’une évaluation multicritères des bénéfices apportés par les toitures végétalisées. L’équipe a analysé 36 toitures de typologies différentes (extensives, semi-intensives, intensives et wildroof) sur le territoire du Grand Paris, via des inventaires des plantes et des invertébrés (dont les pollinisateurs), et des prélèvements de substrats pour mieux comprendre le rôle écologique de ces nouveaux écosystèmes urbains.
Une journée de restitution de ces travaux a eu lieu, des vidéos de restitution sont accessibles, parmi lesquelles :
Écologie des toitures végétalisées : restitution de l’étude GROOVES - Introduction par Gilles Lecuir, ARB IdF
Les toitures végétalisées : restitution de l’étude GROOVES en bref par Marc Barra, ARB IdF

Méditerranée et Corse : appel à projet pour la biodiversité

L’Agence de l’eau Méditerranée/Corse lance un appel à projet de 10 millions d’euros en faveur de la biodiversité. Ouvert jusqu’au 30 avril 2021, il cible les projets des collectivités, conservatoires, établissements d’Etat… Les lauréats verront leurs projets financés jusqu’à 70 %.
Informations et dossier téléchargeables ici.

Grossiste, elle fleurit les voitures des soignants de l’hôpital !

« Contrainte de jeter ses invendus, Murielle Marcenac (Sté Marcenac Fleurs, grossiste à Saint-Estève-66), a eu une idée bienveillante pour soutenir les soignants à Perpignan. Elle a fleuri les voitures des personnels de l’hôpital de Perpignan », titrait Maxime Delmas sur https://creapills.com/ le 4 novembre 2020 »… pour parler d’initiatives positives.
Lundi 2 novembre 2020, elle a en effet déposé 400 bouquets de fleurs. Et pour couronner le tout, elle souhaitait réitérer l’expérience sur d’autres hôpitaux et cliniques de la région toute la semaine pour écouler le reste de ses stocks.

Dans les Landes, une jardinerie fleurit les tombes

Claire Burckel, dans Sud-Ouest du 4 novembre 2020, relatait l’initiative des Jardins de Péline. Avec une centaine de chrysanthèmes invendus cette Toussaint, ils ont fleuri des tombes au cimetière du Cosse, à Saint-Pierre-du-Mont (40).
Au lieu de mettre les chrysanthèmes soignées 5 mois durant au compost, il a eu l’idée de charger une camionnette… direction : les tombes non fleuries du cimetière du Cosse.
De nombreux commentaires positifs ont été postés sur les réseaux sociaux, l’initiative étant saluée notamment par celles et ceux qui, trop éloignés des tombes familiales, n’ont pas pu s’y rendre cette Toussaint. Vu sur https://tinyurl.com/yy3ssv3q

Sapin de Noël, une interminable attente

Cette semaine, dans leurs médias locaux (voire nationaux), les producteurs de sapins se sont manifestés pour témoigner sur leur situation délicate : chacun attend LE décret qui permettrait de lancer la commercialisation des ventes pour Noël sur toute la chaîne, des producteurs jusqu’aux Français qui voudront avoir leur traditionnel arbre des fêtes de fin d’année.
La majeure partie des ventes de sapins se fait sur les mois de novembre et décembre. C’est donc une véritable course contre la montre qui se met en place pour vider des stocks…
Deux témoignages sont rapportés ici :
En Savoie, Jean-Luc Rat-Patron et son sénateur Cédric Vial
et Mickael Guettier dirigeant des «Sapins du bocage» et Pierrick Hubert, tous deux producteurs dans le Calvados