Au-delà des premiers aménagements règlementaires pour l’autorisation de vente des légumes et plants potagers ; au-delà des premières mises en place des livraisons à domicile via des commandes par internet… quid de la vente des fleurs aux consommateurs ? Et quid de la plantation effective des plantes commandées par les collectivités ?
Il reste encore beaucoup à faire. Des appels sont en cours et renouvelés (l’interprofession Val’Hor, les fédérations et syndicats professionnels…), tant aux niveaux régional, national, européen.
De son côté, Gilles Baron, créateur et responsable d’Horti-Fleurissement-Conseils* à La Madeleine (59), accompagne les floriculteurs et les collectivités dans leurs actions de développement du fleurissement. S’inquiétant de cette situation inédite incroyablement

« Je m’adresse à vous aujourd’hui afin que vos entreprises, d’obtention comme de distribution de semences et de jeunes-plants, puissent toutes relayer un appel aux pouvoirs publics afin de considérer les appels au secours de tous les exploitants de l’horticulture, en particulier de l’horticulture florale.
Jamais les producteurs, vos clients directs ou indirects, n’ont eu autant à subir ou auront autant à subir les conséquences de cette catastrophe annoncée et inévitable.

Dans la situation actuelle, seules de décisions prises par ordonnances pourraient permettre une indemnisation considérant les pertes d’exploitation et de chiffres d’affaires de exploitants.
Ainsi, je vous sollicite tous afin d’initiative(s) individuelle(s), et peut-être collective(s) pour sauver ce qui peut encore l’être à ce jour.
Peut-être est-il possible de proposer des remises sur les factures, en attentes de règlement ?
Peut-être est-il possible d’effectuer des livraisons gratuites ?
Peut-être est-il indispensable de repousser les échéances de factures, ceci sans savoir jusque quand cette situation sanitaire va perdurer ?
Nous sommes tous acteurs de l’horticulture. Nous devons tous, à notre niveau, venir en aide aux producteurs. Aujourd’hui plus que jamais, il est de votre devoir d’entendre leurs désarrois dans une situation incontrôlable.

Joignez-vous à l’initiative du groupe Sakata afin d’obtenir un financement européen pour «sauver» la filière !
Il me semble indispensable d’en informer les autorités compétentes au niveau de l’Europe afin de mettre en œuvre un grand plan de «sauvetage», car il s’agit bien de cela aujourd’hui pour l’horticulture florale.
Je vous invite à relayer cet appel auprès des autorités compétentes avec qui vous avez contact, ministères de l’Agriculture, de l’Économie et des Finances… afin d’aboutir à une légifération par ordonnance, seule solution pour que les producteurs se voient couverts pour leurs pertes d’exploitation.
Depuis des années, trop d’exploitations disparaissent du paysage horticole. Aidez ces producteurs engagés à trouver des solutions qui leurs permettraient de faire face à cette nouvelle catastrophe dont ils n’avaient pas besoin ».

Une nécessaire solidarité envers les producteurs

« Monsieur le Président de la République, Madame et messieurs les ministres,
Je m’adresse à vous aujourd’hui - considérant la situation « dramatique » de la filière Horticulture française - filière qui, comme d’autres, subit de plus les effets d’une crise existante qui perdure depuis plus de 10 ans.
Technicien agronome et horticole, je souhaite attirer votre attention sur la nécessité d’agir pour sauver la filière toute entière menacée de disparition du fait des conséquences du coronavirus Covid-19.
Aujourd’hui, ce sont les acteurs de la production ornementale qui sont en véritable souffrance.
Que va-t-il advenir de leurs productions en culture alors que les consommateurs, particuliers et collectivités territoriales puisqu’il faut considérer le fleurissement urbain – une tradition forte dans notre pays - attendent de pouvoir acheter leurs produits pour embellir leurs jardins, leurs balcons...
Nous savons tous que la restructuration de l’économie sera longue. Les exploitants horticoles n’ont pas d’autre choix que celui de se battre pour maintenir leur activité.
Ce sont des hommes et des femmes d’un courage extrême, passionnés de leurs métiers comme moi-même je le reste en dépit de ma situation personnelle de handicap.

J’en appelle à vous pour décider d’un indispensable plan d’aide, considérant l’ensemble des acteurs de la filière, et en particulier les producteurs.
Ne pas pouvoir commercialiser leur production de plantes estivales 2020 conduira à une véritable catastrophe économique mais aussi humaine.
L’Horticulture est le « parent pauvre » de l’agriculture. Elle l’est depuis plus de 15 ans.
Les producteurs ont été les « grands oubliés » par les différents ministères qui auraient pu agir en leur faveur.
Comme l’a dit si justement Monsieur le ministre de l’Economie et des Finances : « chaque jour, le bateau prend l’eau ».
Cependant l’état dramatique de la filière nécessite un plan de sauvetage d’urgence et d’ampleur nationale exceptionnelle tellement la situation actuelle est critique pour les exploitants.

Aussi, je vous lance aujourd’hui ce cri d’alarme pour obtenir des décisions responsables liées à une nécessaire solidarité envers ces producteurs :
- peut-être est-il possible de considérer une annulation partielle ou totale sur certains postes de charges ;
- Il me semble indispensable que ces producteurs puissent écouler leurs produits/fleurs via les réseaux traditionnels de dstribution spécialisés, ou au travers d’une possibilité de vente directe sur l’exploitation. Il est également à considérer la possibilité des communes à honorer leurs commandes de plantes destinées au fleurissement urbain.
Les exploitants sont en capacité d’organiser et de gérer les nécessaires exigences liées au Covid-19.
L’Horticulture professionnelle ne peut plus être oubliée des politiques
car elle est, elle aussi, un acteur de l’économie dans notre pays !

Monsieur le Président, madame et messieurs les ministres, j’en appelle aujourd’hui à votre devoir afin que ces entreprises puissent survivre à l’épreuve du confinement et du Covid-19, et permettre une reconstruction sur des bases solides considérant l’ensemble des différents maillons de la chaîne « Horticulture/professionnels » qui restent à votre écoute.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, madame et messieurs les ministres, l’assurance de mes sentiments dévoués ».

*Ministères de l’Agriculture & de l’Alimentation, de l’Economie & des Finances, de l’Action et des Comptes-Publics, de la Transition Ecologique et Solidaire, de l’Intérieur

Gilles Baron