Vraisemblablement représentatif de nombreuses équipes pédagogiques, le lycée d’Étang-sur-Arroux (71) en Bourgogne-Franche-Comté relate son organisation depuis le début du confinement, mis en place dès le 17 mars.
L’équipe pédagogique, sous la responsabilité de Mr Bertrand, directeur, a mis en place une continuité pédagogique pour chacun des 90 apprenants.

20 h/semaine

Dès l’arrêt des cours dans l’établissement, l’équipe de direction a cherché à s’organiser simplement mais rapidement.
Dans un premier temps, il a fallu s’assurer que chacune des familles disposait à la fois d’un ordinateur et d’une adresse email valide.
Cette première étape franchie, le lien a pu être créé entre les enseignants et les lycéens grâce à des listes de diffusion élaborées pour chacune des classes.
Durant les deux premières semaines, un emploi du temps précis de 20 heures hebdomadaire a permis de se connecter sur des créneaux précis entre les élèves et les professeurs qui intervenaient depuis leur domicile.

Des cours classiques, ou interactifs

Chacun des enseignants a pu mettre en exergue sa pratique pédagogique personnelle.
Ainsi, comme Patrick Mazurek, professeur d’éducation socioculturelle (ESC) et d’histoire -géographie, certains formateurs sont restés proches de ce qu’ils faisaient en cours pour « ne pas perdre les élèves ».
D’autres, tel Pierre-Olivier Fichot, professeur d’Informatique et de sciences-physique « osaient » des pratiques plus novatrices basées sur davantage de vidéo et d’interactivité.

Certains enseignants tel Pierre-Olivier Fichot « osaient » des pratiques plus novatrices basées sur davantage de vidéo et d’interactivité.©Lycée du Velet

Les assistants d’éducation ont joué eux-aussi un rôle important en appelant régulièrement les élèves pour sonder « le moral des troupes ».

Romain Bertrand et Julie Soudain, la CPE (conseillère principale d’éducation), restés dans l’établissement, ont répondu aux inquiétudes légitimes des familles en matière d’orientation ou en « relançant » les élèves pour qui le travail demandé par les enseignants n’avait pas été fait.

Allègement, et bientôt des PO virtuelles

Suite aux échanges avec l’ensemble des protagonistes, il a d’ailleurs été décidé, mi-avril, d’alléger la charge de travail demandée, afin de « souffler un peu » ou de rattraper le retard accumulé.
L’équipe pédagogique et la direction ont échangé régulièrement, soit en vidéo-conférence, soit en télé-conférence, notamment lors des conseils de classes ou de réunions plus thématiques.
Le bilan de cette première phase de « continuité pédagogique », jugé positif, a été confirmé par nombre de témoignages de familles.

Quid de l’avenir ? Dans un court à moyen terme, l’établissement prévoit d’organiser prochainement des journées Portes-Ouvertes virtuelles.

P.M. - Le Velet

*forme notamment aux métiers de gestion de la nature, et de la forêt