Le Lien Horticole : le média des métiers de l’horticulture et du paysage.

Rechercher

s'abonner au lien horticole
Votre compte

 

Inscrivez-vous | Aide |

  Accueil / Actualités / Lettre ouverte : « Monsieur le ministre, notre filière n’a plus les moyens d’attendre »

Lettre ouverte « Monsieur le ministre, notre filière n’a plus les moyens d’attendre »

En deux ans, la production française a vu 543 entreprises mettre la clé sous la porte (sur 4 154 en activité), le chiffre d’affaires global s’est effondré (- 12%) et 1 449 salariés ont été mis au chômage (destruction de 1 935 ETP au total), s’inquiètent la FNPHP, Felcoop et l’Uniphor, qui ont écrit au ministre.(c)Pascal Fayolle

Par François Felix, président de la Fnphp, Christophe Thibault, président de la section horticole de Felcoop, et Max Bauer, président de l'Uniphor.

La Fédération nationale des producteurs de l'horticulture et des pépinières (FNPHP), la Fédération française de la coopération fruitière, légumière et horticole (Felcoop) et l'Union nationale des intérêts professionnels horticoles (Uniphor) ont envoyé une lettre ouverte au ministre de l'Agriculture pour lui faire part de leur inquiétude. Nous l'avons publiée - très légèrement raccourcie - dans le Lien horticole n°988 du 19 octobre 2016. Voici sa version intégrale.


"Monsieur le Ministre,
Mercredi 21 septembre 2016, le Conseil Spécialisé Horticole s'est réuni, 3 mois après l'adoption à l'unanimité d'une motion déposée par l'ensemble des syndicats représentant les producteurs. Dans cette motion la question du niveau d'engagement de votre ministère auprès de la filière horticole était posée au travers de quatre points pour lesquels des mesures d'urgence doivent être prises.

Au-delà des résultats des travaux menés sur les quatre points de la motion, le Conseil Spécialisé du 21 septembre a été l'occasion de faire un bilan de l'état de la filière avec la présentation des chiffres de l'observatoire structurel... Ils sont catastrophiques. En deux ans la production française a vu 543 entreprises mettre la clé sous la porte (sur 4 154 en activité), le chiffre d'affaires global s'est effondré (-12%) et 1 449 salariés ont été mis au chômage (destruction de 1 935 ETP au total).

Dans ce contexte extrêmement dégradé, vos services, dont nous tenons à souligner l'implication dans le travail réalisé cet été, nous ont présenté les solutions mises en œuvre afin d'aider la production horticole.

Concernant les problématiques phytosanitaires, nous voyons plutôt les choses avancer dans le bon sens : une véritable politique de gestion sanitaire émerge des derniers échanges avec la DGAL, impliquant le terrain, l'Institut technique qualifié Astredhor, le syndicalisme et les pouvoirs publics. En attendant, et c'est dommage, notre filière subit toujours une pression particulièrement forte de vos services de contrôle, à croire que le plus simple est encore de s'attaquer aux secteurs les plus fragilisés !

A propos des aides conjoncturelles suite à la météo catastrophique du printemps dernier, les producteurs ont désormais la possibilité d'émarger au dispositif de Fonds d'Allègement des Charges initialement construit pour les filières céréalières et les filières fruits et légumes. Ce n'est certes pas mauvais, mais dans la mesure où ce FAC finance en réalité la restructuration de la dette des entreprises, le dispositif n'intéressera, au mieux, que quelques dizaines d'entreprises de notre secteur, pour quelques milliers d'euros seulement.
Par ailleurs, ces aides sont limitées par la règle de minimis, dans laquelle entrent maintenant de plus en plus de choses, et dont le montant (15 000 € sur 3 ans) rend ces aides tout à fait inopérantes. Il ne s'agit pas d'un vrai soutien à l'Horticulture.

Nous ne demandons pas l'aumône mais la véritable prise en compte d'une situation dans laquelle les aléas conjoncturels ne peuvent plus être encaissés par les producteurs puisqu'ils subissent sans cesse de nouvelles contraintes, notamment sociales et sanitaires que votre Gouvernement lui impose.

Pour ce qui est du financement de la recherche et de l'innovation, alors qu'il s'agit de l'axe, ou plutôt du filtre, que vous défendez depuis deux ans pour limiter l'appui à l'investissement des entreprises, aucun fonds complémentaire ne va contribuer au développement de la recherche dans notre secteur. Au regard de la situation de la filière, Monsieur le Ministre, comment pouvez-vous justifier encore aujourd'hui que les 400 000 € perçus sur les chiffres d'affaires de plus en plus faibles des exploitations horticoles au titre de la taxe ADAR, ne reviennent pas automatiquement au financement de la R&D en horticulture ?

Enfin, concernant l'investissement, vos services nous renvoient vers les régions qui ne sont pas encore en ordre en marche. Le ministère ne propose rien de spécifique à l'horticulture, alors que nos concurrents européens investissent dans ce secteur, portés par le contexte post COP21 et qui, eux, ont compris les enjeux de santé publique et de bien être liés au végétal. Les entreprises françaises restent sur le bord du chemin et regardent passer le train des enveloppes communautaires qui ne s'arrête que dans les pays qui appuient leurs horticulteurs. Nous vous rappelons que vous aviez pourtant pris l'engagement d'étudier de nouvelles solutions pour l'aide à l'investissement lors de la table ronde organisée chez vous avec l'interprofession le 16 décembre dernier.

Monsieur le Ministre, les mesures proposées par vos services sont largement insuffisantes et nous ne pouvons que déplorer l'absence totale de moyens financiers pour appuyer l'horticulture alors qu'il y a urgence !

Urgence à développer une vision à long terme, fondée sur le « plan stratégique de la filière horticole » que vous nous avez demandé, et sur lequel les professionnels se sont investis. Nous partageons les objectifs et nous devrions d'ores et déjà partager les moyens au niveau de la filière, pour reconquérir notre marché intérieur, développer la compétitivité des entreprises, investir dans la recherche et répondre aux enjeux environnementaux et sanitaires.

Cela devrait passer nécessairement par d'avantage de moyens financiers débloqués par le ministère de l'Agriculture. Pourtant, l'année 2016 est celle de la fin de l'appui à la modernisation et nous vous rappelons que ce renoncement intervient après des années de baisse des budgets du Conseil Spécialisé horticole. Par exemple, FranceAgriMer ne finance plus l'appui à l'export pour l'horticulture, alors qu'il s'agit de l'une de ses quatre missions fondamentales.

Devons-nous aussi vous rappeler que la filière a subi ces dernières années une double hausse du taux de TVA pour voir cette taxe doublée ? Nous participons à l'effort national, nous en subissons les conséquences avec la baisse de la consommation de nos produits à cause de cette hausse des prix, et nous n'avons rien en retour !

Le 16 décembre 2015 vous réunissiez l'ensemble de la filière pour une table ronde qui aujourd'hui n'a permis en rien d'éviter la situation dans laquelle nous nous trouvons. C'est pourquoi un an après, le 6 décembre 2016, nous vous attendrons au Conseil Spécialisé de FranceAgriMer, afin que vous nous présentiez un plan d'urgence - financé - qui donnera à la filière Horticole les moyens des ambitions que nous plaçons tous en elle.

S'il vous plait, Monsieur le Ministre, ne vous soustrayez pas à cette invitation, notre filière n'a plus les moyens d'attendre !

Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l'assurance de notre très haute considération".

 

Publié le mardi 18 octobre 2016 - 10h23

Mots-clés associés : , , , , ,

Vidos horticultures et paysages

Newsletter

newsletter horticole

Vous souhaitez recevoir
La Lettre du Lien Horticole ?

> Lire un exemple
> Inscrivez-vous pour deux mois

Consultez l'annuaire

Les sujets
LES PLUS LUS


Les publications du Groupe France Agricole
  • Publication FA - Lien Horticole
  • Publication FA - La France Agricole
  • Publication FA - Eleveur Laitier
  • Publication LaVigne
  • Publication FA - Machinismes et Réseaux
  • Publication Agrodistribution
  • Publication FA - RIA
  • Publication FA - Latoque
  • Publication FA - Phytoma
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK