Le plus grand flou régnait sur cette question depuis le début du confinement dû à l’épidémie de COVID-19 à la mi-mars : pouvait-on vendre le jeune plant potager sur les points de vente ? Certains département avaient donné leur accord, d’autres non (voir notre actu « Le grand flou des actions départementales »).

La nouvelle est tombée via la FNMJ, Fédération des métiers de la jardinerie, en fin d’après-midi du 1er avril 2020, et la réponse du cabinet d’Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Économie et des Finances, est positive : la vente de plants et semences* est autorisée uniquement pour les jardineries étant déjà ouvertes. « Ainsi, seuls les points de vente ayant déjà leurs rayons animalerie et alimentation générale ouverts sont autorisés à vendre des plants et semences », précise la FNMJ, qui rappelle aussi les points essentiels à respecter lors de l’ouverture d’un magasin : les gestes barrière, les règles de distanciation sociale etc.

La Fédération appelle également ses adhérents « à la plus grande responsabilité et vigilance suite à cette autorisation, chacun devant respecter scrupuleusement les consignes qui nous sont données ».
*la demande concernait les plants potagers (semences, bulbes, tubercules, aromatiques)

Pascal Fayolle