Le fermier dont les parcelles louées sont soumises à aménagement foncier a le choix entre deux possibilités : la résiliation totale ou partielle du bail, ou son report sur les nouvelles parcelles (art. L. 123-15 du code rural). La loi ne fixe pas les modalités de l’option. La jurisprudence a toutefois admis que le preneur ne pouvait se prononcer qu’une fois informé des changements apportés aux conditions du bail.
Contenu réservé aux abonnés du Lien Horticole

Pour y accéder : 3 possibilités !

29%

Vous avez parcouru 29% de l'article

Vous êtes déjà abonné, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris
Vous n’êtes pas abonné, abonnez-vous.

Profitez de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant en formule Intégrale ou 100% Numérique.

Je m'abonne
Vous n’êtes pas abonné, découvrez gratuitement.

Profitez, sans engagement, de tous les services de Le Lien Horticole pendant 1 mois, y compris l’accès complet au site Internet.

Je decouvre