Le Lien Horticole : le média des métiers de l’horticulture et du paysage.

Rechercher

s'abonner au lien horticole
Votre compte

 

Inscrivez-vous | Aide |

  Accueil

Gestion

Premières Olympiades pour les horti culteurs en Auvergne-Rhône-Alpes

Claude Thiery - Le Lien Horticole - n°1054 - avril 2018 - page 16

Pour la première fois dans la région Aura, les épreuves régionales du métier d'horticulteur ont été mises en oeuvre par les lycées de production horticole, en partenariat avec les professionnels locaux. Objectif : valoriser les compétences des apprenants, et présenter, à l'avenir, les facettes du métier de producteur aux jeunes collégiens.
        Lors de l'épreuve relative à la réalisation de boutures de lierre (Hedera helix) et à la mise en plaques alvéolées . PHOTO : C. THIERY

Lors de l'épreuve relative à la réalisation de boutures de lierre (Hedera helix) et à la mise en plaques alvéolées . PHOTO : C. THIERY

La qualité de réalisation des différentes tâches est l'un des critères d'évaluation prioritaires. PHOTO : C. THIERY

La qualité de réalisation des différentes tâches est l'un des critères d'évaluation prioritaires. PHOTO : C. THIERY

Le jury était composé par des professionnels. Ici Bernard Abdilla (à droite) et Philippe Eyraud.  PHOTO : C. THIERY

Le jury était composé par des professionnels. Ici Bernard Abdilla (à droite) et Philippe Eyraud. PHOTO : C. THIERY

       Thomas Rémy représentera la région Aura lors des prochaines épreuves nationales. Ici, lors de l'épreuve « Plantation d'une culture de courgettes avec paillage et système d'arrosage localisé ». PHOTO : C. THIERRY

Thomas Rémy représentera la région Aura lors des prochaines épreuves nationales. Ici, lors de l'épreuve « Plantation d'une culture de courgettes avec paillage et système d'arrosage localisé ». PHOTO : C. THIERRY

Pour la réalisation des compositions florales et le calcul du coût de revient, la connaissance des plantes est primordiale. PHOTO : C. THIERY

Pour la réalisation des compositions florales et le calcul du coût de revient, la connaissance des plantes est primordiale. PHOTO : C. THIERY

        Pour les candidats du lycée Costa de Beauregard, c'est l'occasionde se faire connaître auprès des professionnels. En médaillon : les trois lauréats (de gauche à droite) : Lucas Crochon (3e), Thomas Rémy (1er),et Alexis Geslin (2e). . PHOTO : LYCÉE C. BEAUREGARD

Pour les candidats du lycée Costa de Beauregard, c'est l'occasionde se faire connaître auprès des professionnels. En médaillon : les trois lauréats (de gauche à droite) : Lucas Crochon (3e), Thomas Rémy (1er),et Alexis Geslin (2e). . PHOTO : LYCÉE C. BEAUREGARD

Le 8 mars dernier, sept candidats se sont affrontés lors de la première édition des Olympiades des métiers « horticulteur » pour la région Auvergne-Rhône-Alpes (Aura). « Mettre les jeunes à l'honneur auprès des professionnels, valoriser la profession en rassemblant tous les acteurs de l'horticulture » : tel était l'objectif affiché par les initiateurs du projet. Xavier Bunker, directeur de l'exploitation de Lyon-Dardilly-Écully (69), et David Messa, son homologue au lycée horticole privé de Lyon-Pressin, à Saint-Genis-Laval (69), ont vu l'initiative recevoir un accueil très favorable des professionnels (Union régionale horticulture, Fédération nationale des producteurs de l'horticulture et des pépinières). Ceux-ci se sont impliqués avec les deux lycées horticoles dans l'organisation d'une journée entière dédiée aux grilles de notations et à la validation des épreuves. Ce qui est déjà un signe fort de réussite : « Nous n'imaginions pas que les professionnels s'impliqueraient autant », reconnaît David Messa. Tous les établissements de formation horticole régionaux étaient invités à présenter deux candidats, tous niveaux de formation confondus : CAPA, bac pro ou BTS en « productions horticoles ». Pour cette première occurrence, mise en place en seulement quelques mois, cinq établissements étaient représentés : trois de l'enseignement public (les lycées de Dardilly, Montravel-Villars (42), et Marmilhat (63)) et deux lycées privés (Costa de Beauregard - Fondation du Bocage, à Chambéry (73), et Lyon-Pressin(69)). Le lauréat défendra les couleurs de la région lors des prochaines finales nationales, du 28 novembre au 1er décembre, à Caen (14).

Les stations expérimentales horticoles et maraîchères du Ratho et du Serail, à Brindas (69), ont mis à disposition une partie de leurs locaux, serres et tunnels pour les différentes épreuves. Concentrées sur une journée, sept épreuves, durant de 30 minutes à 2 heures, attendaient les candidats : multiplication végétative (boutures de lierre et division de rhizomes d'Iris), multiplication par semis (en terrine et en motte), rempotage manuel de godets de lierre et tuteurage, réalisation de composition florale avec calcul d'un prix de revient, plantation d'une culture de courgette avec paillage plastique et système d'irrigation localisé, reconnaissance de végétaux (15 échantillons), reconnaissance de bioagresseurs des cultures avec prescriptions phytosanitaires. La grille de notation, validée par les enseignants et les professionnels, tenait compte de tous les aspects liés aux tâches demandées : qualité de réalisation, organisation du chantier et du poste de travail (voir exemple en encadré)...

Davantage de lacunes en matièrede reconnaissance des plantes

Le jury était exclusivement composé de professionnels (horticulteurs, pépiniéristes, maraîchers), ce qui ajoutait une pression aux candidats plus habitués à être confrontés à des enseignants. Si, selon quelques membres du jury, certains candidats perdaient complètement leurs moyens, face cette situation de stress, d'autres ont sû tirer leur épingle du jeu. Les professionnels attendent des jeunes un certain niveau théorique et pratique ; ces épreuves ont permis de mieux évaluer leurs connaissances. Les sept candidats présentaient des parcours de formation très différents : première ou terminale bac pro, première ou seconde année de BTS. Certains avaient plusieurs années de formation horticole et de stage en entreprises derrière eux, tandis que d'autres manquaient d'expérience pratique. D'où certaines difficultés mises en avant par le jury : problèmes de rendement, de qualité de travail, d'organisation du chantier. Par ailleurs, les connaissances ou les lacunes des élèves dépendent aussi des supports et du matériel mis à leur disposition dans les exploitations des lycées (par exemple la présence ou pas d'une motteuse). Les professionnels restent néanmoins globalement satisfaits des prestations des jeunes, avec, soulignent-ils, « de bonnes capacités d'adaptation face à des situations nouvelles. Quelques candidats n'avaient, en effet, jamais pratiqué certaines tâches demandées : semis en terrine, compositions florales, utilisation d'une motteuse ou d'une motobineuse. Au niveau de la défense des cultures, nous avons noté un fort intérêt des participants pour les alternatives aux produits chimiques ».

Les lacunes les plus marquantes se situent au niveau de la reconnaissance des végétaux (et aussi de l'orthographe des noms latins), épreuve dans laquelle celui qui s'en est le mieux sorti atteint tout juste la moyenne.

La connaissance des plantes et leur utilisation est pourtant primordiale dans ce métier. Mais également lors de ces Olympiades pour l'épreuve de composition florale où certains ont confondu plantes d'intérieur et d'extérieur. De même, il est difficile d'établir unprix de revient à partir de bons d'achats, si on ne connaît pas précisément le nom des plantes utilisées !

Beaucoup de stressmais un réel partage de valeurs

Pour les jeunes candidats, le ressenti est très positif. « C'est une expérience très intéressante et une occasion de se faire connaître auprès des professionnels. C'est un plus à mentionner sur notre curriculum vitae », ont souligné certains. Pour d'autres : « Les épreuves correspondaient globalement à nos compétences, il n'y en avait pas d'insurmontables. Mais nous avons ressenti beaucoup de stress, d'une part parce que le jury nous observait en permanence et, d'autre part, afin de respecter au mieux les temps impartis pour chaque épreuve. »

Lors de la remise des prix, Bernard Abdilla, horticulteur et président du jury, a particulièrement remercié ses collègues professionnels pour avoir consacré une journée à ces Olympiades, surtout au début du mois de mars, au cours d'une période de forte activité. « Nous n'avons toutefois pas perdu notre temps. Nous avons vu des choses intéressantes, ainsi que des jeunes motivés avec lesquels nous avons pu partager nos valeurs et notre passion pour le métier. De plus, la collaboration entre les professionnels et les établissements d'enseignement est toujours un point positif. » Quant à David Messa, il a ajouté : « L'objectif pour les prochaines années, c'est d'inciter un plus grand nombre d'établissements d'enseignement horticole à participer à cette sélection régionale. Et d'en faire un événement de promotion de l'horticulture. Notamment inviter, au cours de cette journée, des collégiens à venir découvrir ces métiers, et rencontrer des jeunes en cours de formation horticole. » <25A0>

Épreuve n° 5 : plantation d'une culture,avec paillage et arrosage localisé

Au cours de cette épreuve, les candidats disposent de deux heures pour réaliser une plantation sous abri de végétaux (courgettes) dans une planche de culture, sur un emplacement délimité (1 x 8 m) en pleine terre, et pour raisonner l'installation d'un système d'irrigation localisé et d'un paillage plastique.

Les critères de notation et les exigences sont basés sur les quatre points suivants :

<279E_8> la préparation du sol, la qualité du travail du sol, l'alignement, la régularité et l'homogénéité, et le choix de la densité ;

<279E_9> le choix et la qualité du système d'irrigation, la mise en place, la qualité de l'installation du paillage ;

<279E_10> l'organisation du travail, le respect du temps imparti, la qualité d'échange avec le jury ;

<279E_11> le respect des règles d'hygiène et de sécurité.

45es Olympiades des métiers : direction la Normandie

Les jeunes qui ont décroché une médaille d'or dans leurs régions respectives gagnent leur passeport pour pouvoir participer aux finales nationales, qui se dérouleront à Caen (14), du 28 novembre au 1er décembre.

Dans le cadre des sélections régionales par contre, chaque région choisit son propre calendrier et détermine donc des dates d'épreuves.

Pour les Pays de la Loire, les résultats pour le métier d'horticulteur sont les suivants :

<279E_13> Antoine Fradin (BTS1), médaillé d'or ;

<279E_14> Guillaume Mona, (BTS promotion 2016-2017), médaille d'argent ;

<279E_15> Dorian Vigneron (BTS1), médaille de bronze.

Tous les trois sont issus du lycée Le Fresne, à Angers (49). Antoine Fradin ira donc à Caen défendre ses couleurs régionales. Il entrera encompétition avec Thomas Rémy, médaillé d'or pour la région Auvergne-Rhône-Alpes (voir ci-contre).

Durant la finale nationale, les compétiteurs de toutes les régions devront - en horticulture - réussir 10 épreuves reprenant les diverses tâches d'un producteur : reconnaissance de végétaux, des ennemis et auxiliaires, multiplication de végétaux, mise en place de système d'arrosage intégré, gestion du personnel novice (comme un saisonnier)...

REPÈRES

Olympiades régionales Aura :le classement

n 1er : Thomas Rémy : (156,85 points sur 210),lycée Costa-de-Beauregard, à Chambéry (73).

n 2e : Alexis Geslin : (134,25 points sur 210),lycée de Montravel-Villars (42).

n 3e : Lucas Crochon : (133,50 points sur 210),lycée Costa de Beauregard.

n 4e : Ryan Pacot : (126,50 points sur 210),l'EPL Marmilhat (63).

n 5e Quentin Bérion : (125,75 points sur 210),lycée de Lyon-Pressin (69).

n 6e Amandine Vialla : (114 points sur 210),lycée de Montravel-Villars.

n 7e Alexis Guiliani : (100,50 points sur 210),lycée de Dardilly (69).

Cet article fait partie du dossier

Consultez les autres articles du dossier :

L'essentiel de l'offre

Voir aussi :

Newsletter

newsletter horticole

Vous souhaitez recevoir
La Lettre du Lien Horticole ?

> Lire un exemple
> Inscrivez-vous pour deux mois

Consultez l'annuaire


Les publications du Groupe France Agricole
  • Publication FA - Lien Horticole
  • Publication FA - La France Agricole
  • Publication FA - Eleveur Laitier
  • Publication LaVigne
  • Publication FA - Machinismes et Réseaux
  • Publication Agrodistribution
  • Publication FA - RIA
  • Publication FA - Latoque
  • Publication FA - Phytoma
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK