La reprise par le propriétaire de ses terres, de même que la location de terres dans le cadre d’un bail rural, ne sont pas soumises au droit de préemption de la Safer. En revanche, le caractère onéreux de l’aliénation, autrement dit de la vente, autorise la Safer à préempter. Les apports en société, à quelques exclusions près, et la cession de la totalité des parts sociales sont également soumis à son droit.

Si vous y êtes favorable, vous pouvez décider d’un commun accord de la reprise des terres par le propriétaire, ce qui revient à une résiliation du bail à l’amiable, avant le terme. Si le bailleur veut poursuivre l’exploitation, il devra obtenir une autorisation d’exploiter et, effectivement, payer une cotisation.