Cela est sûrement lié à la règle de fractionnement du congé principal de 24 jours. Le fractionnement ouvre droit à des jours de congé supplémentaires lorsqu’une partie du congé est prise en dehors de la période légale (1er mai - 31 octobre) sous certaines conditions prévues à l’article L. 3141-19 du code du travail.

Si le salarié prend, en dehors de la période, entre 3 et 5 jours de congé, il lui est dû un jour ouvrable supplémentaire. S’il prend 6 jours et plus, il lui est dû 2 jours ouvrables supplémentaires. Salarié et employeur peuvent déroger à la règle, par accord individuel ou par accord collectif. L’exploitant peut autoriser le fractionnement en le subordonnant à une renonciation du congé supplémentaire. Il n’y a pas de jour supplémentaire dû pour le fractionnement de la cinquième semaine.

La loi sur le travail El Khomri renvoie à la négociation collective la possibilité de revoir les règles de fractionnement. « À ce jour, la convention collective des exploitations agricoles reprend la loi et, au vu de la taille des entreprises agricoles, il n’y a pas d’accord d’entreprise », précise Anne Bodolec, conseillère en droit du travail au CER France.