«Dans un premier temps, il serait peut-être opportun de chercher à obtenir le nom des héritiers, propriétaires de la parcelle, et de tenter une approche amiable afin d’essayer d’obtenir la conclusion d’un bail rural, ce qui permettra de bénéficier, en tant que preneur, d’un droit de préemption en cas de vente ultérieure du bien », indique François Moulière, avocat associé chez Avoxa...
Contenu réservé aux abonnés du Lien Horticole

Pour y accéder : 3 possibilités !

21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Vous êtes déjà abonné, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris
Vous n’êtes pas abonné, abonnez-vous.

Profitez de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant en formule Intégrale ou 100% Numérique.

Je m'abonne
Vous n’êtes pas abonné, découvrez gratuitement.

Profitez, sans engagement, de tous les services de Le Lien Horticole pendant 1 mois, y compris l’accès complet au site Internet.

Je decouvre