En principe, lorsqu’un droit de préemption l’emporte sur celui de la Safer, notamment celui accordé au fermier, la vente doit tout de même lui être déclarée préalablement. À défaut, la Safer peut demander la nullité de l’acte de vente. En revanche, elle ne peut pas se substituer à l’acheteur. Ainsi, dans l’hypothèse où la vente serait annulée, le vendeur pourrait procé...
Contenu réservé aux abonnés du Lien Horticole

Pour y accéder : 3 possibilités !

37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Vous êtes déjà abonné, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris
Vous n’êtes pas abonné, abonnez-vous.

Profitez de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant en formule Intégrale ou 100% Numérique.

Je m'abonne
Vous n’êtes pas abonné, découvrez gratuitement.

Profitez, sans engagement, de tous les services de Le Lien Horticole pendant 1 mois, y compris l’accès complet au site Internet.

Je decouvre