Garantir un entretien a minima
/
  • Après un café et une décision concernant la marche à suivre pour la journée, les 3 binômes d’agents du service des espaces verts de la ville de Roubaix se rendent sur les lieux d’entretien. © L. Hespel

  • Quelques jours avant le déconfinement, les équipes ont commencé la déplantation des massifs. Les agents restent à un mètre de distance minimum. © L. Hespel

  • Lors des déplacements en camion, le port du masque et gants sont obligatoires. © L. Hespel

  • Le parc Barbieux situé à Roubaix est un parc remarquable par la présence de plus de 60 essences d’arbres. Il s’étend sur 1,5 kilomètres avec une surface de 34 hectares. © L. Hespel

  • Au parc Barbieux aussi les agents ont commencé les déplantations. © L. Hespel

  • Le parc, fermé pendant toute la durée du confinement, devrait encore rester fermé puisque le département du Nord (59) est en zone rouge. © L. Hespel

  • Le service des espaces verts de Roubaix produit environ 160 000 plants chaque année. © L. Hespel

  • Le port du masque et des gants sont obligatoires pour les agents dans la serre. © L. Hespel

  • Des astuces ont été trouvées pour respecter les gestes barrière. © L. Hespel

  • Les agents préparent le fleurissement pour cet été. © L. Hespel

Suite à l’annonce du confinement, les équipe des espaces verts de la ville de Roubaix (59) et du parc Barbieux ont interrompu leurs activités d’entretien. Mais très vite, le service des espaces verts s’est organisé, et début avril, quelques agents - sur la base du volontariat - ont repris le travail. Pour le service de l’urbaine : six agents sur une quarantaine, répartis en trois binômes, ont repris l’entretien. Surtout concentré sur l’arrosage et la tonte aux endroits stratégiques (ronds points, entrées de ville...), ils ont commencé la déplantation des bisannuelles une dizaine de jour avant le déconfinement. Les équipes du parc Barbieux ont également repris en effectif réduit : quatre agents sur les dix habituels. «On démarre habituellement les plantations des massifs pour l’été autour du 15 mai, on ne sera pas trop en retard cette année» explique Claude Franchomme, responsable des équipes du parc Barbieux.

La ville a très vite fait le choix de conserver le fleurissement. Dans les serres, à l’exception de deux personnes ayant des problèmes de santé, les agents n’ont pas cessé le travail. A raison de deux jours par semaine, ils se sont cantonnés à l’indispensable : arrosage, rempotage... Un des agents habite sur place et assure un arrosage quotidien.

Le 11 mai, hormis les personnes vulnérables et potentiels problèmes liés à la garde d’enfants, tous les agents devaient reprendre. Pour éviter de se croiser, le service des espaces verts a prévu de commencer en horaires décalés. Cette mesure permettra de respecter les distances de sécurité et les gestes barrières dans les locaux, lors de la mise en route des équipes.

Reportage photo réalisé une dizaine de jours avant le déconfinement.

Retrouvez l’article «Paysage : les plantations parmi les priorités» dans notre dossier du Lien Horticole n°1096 (Juin 2020).

Léna Hespel