Essais variétaux : cyclamens de Syngenta

‘SeeWhy’, ‘Midori’ et ‘Synchromix’ attendent les professionnels pour les « Autumn Trials » de Syngenta Flowers, à Bleiswijk (Pays-Bas) du 1er au 12 novembre.
À l’extérieur, des cyclamens particulièrement adaptés au jardin.
Inscription
.

5es Rencontres du paysage urbain à Biarritz (64)

« Comme un nouveau besoin de nature en ville... l’essentiel dialogue entre les acteurs du paysage » : c’est sur ce thème que les paysagistes sont invités à se rassembler, jeudi 25 novembre, à Biarritz (64) dans le cadre du Salon Innopaysa.
Élus, représentants des collectivités et professionnels de la filière sont invités à débattre sur la question : « Comment construire une ville (véritablement) plus verte et des aménagements (véritablement) durables, vivants et qui répondent au besoin des usagers ? ». Au menu : visite du Salon Innopaysa.
- Table ronde avec Valérie Dequeker, adjointe à Anglet (64) en charge de l’environnement, du cadre de vie et de la transition écologique, Catherine Muller, présidente d’honneur de l’Unep-Les entreprises du paysage et présidente de Val’hor, Marion Vaconsin, paysagiste conceptrice, présidente de la FFP (Fédération française du paysage) Nouvelle-Aquitaine, Isabelle Betbeder, pépiniériste et secrétaire de la FNPHP (Fédération nationale des producteurs de l’horticulture et des pépinières) Nouvelle-Aquitaine, Juan Mari Odriozola, technicien à Saint-Sébastien (Donostia en basque), en Espagne, et Pascal Thibaut, vice-président de la Fédération des promoteurs immobiliers de Nouvelle-Aquitaine.
- Visite du square Ixelles, à Biarritz.
De 9 heures jusqu’en fin d’après-midi. Inscription.

Végétalisation des pieds d’arbres : Plante & Cité à la recherche de retours d’expérience

La plateforme d’ingénierie de la nature en ville recherche des expériences sur la végétalisation des pieds d’arbres (propriétés de l’arbre, choix du mode de végétation, gestion dans le temps, etc).
Les sites à l’étude doivent être des espaces contraints (accompagnement de voiries, places et squares, parkings, etc). L’objectif est d’identifier les clés de succès et les difficultés rencontrées et, éventuellement, de valoriser ces réalisations dans un recueil d’expériences. L’appel concerne les collectivités, bureaux d’études, entreprises du paysage, etc. Les retours d’expérience sont à enregistrer avant le 6 décembre (données confidentielles, compter une vingtaine de minutes) : initiatives de végétalisation des pieds d’arbres en milieu urbain contraint (plante-et-cite.fr)
En savoir plus : Marianne Hédont (marianne.hedont@plante-et-cite.fr - 06 01 33 39 79) ; Robin Dagois (robin.dagois@plante-et-cite.fr - 06 01 33 71 81).

Naïo technologies ouvre ses portes pour ses 10 ans

L’entreprise à qui l’on doit les robots de désherbage comme Oz souffle ses bougies.
Pour l’occasion, elle ouvre les portes de ses ateliers, à Escalquens (31), au 235, rue de la Montagne-Noire, le vendredi 19 novembre de 15 à 19 heures. Elle présentera l’envers du décor de la création des robots. Dans le respect des gestes barrières, évidemment.
Pour s’inscrire.

Tensions sur les disponibilités en engrais : des risques pour les filières agricoles

Afaïa, syndicat professionnel des acteurs de la filière des supports de culture, paillages, amendements organiques, engrais organiques et organo-minéraux et biostimulants, avertit que les problèmes d’approvisionnement et les hausses de prix des matières premières et transports « concernent maintenant également les matières premières pour les engrais organo-minéraux et les formulations minérales ».
« Les disponibilités en engrais minéraux et de synthèse s’annoncent limitées pour la saison prochaine (fermetures d’usines de fabrication d’engrais azotés liées à la flambée des prix du gaz notamment). Les adhérents d’Afaïa « subissent de plein fouet cette raréfaction, accompagnée d’une envolée des prix qui rend délicate l’élaboration de tarifs stables », poursuit-il.
En conséquence, le syndicat recommande de se tourner davantage vers des fertilisants d’origine recyclée (supports de culture conçus à partir de matières organiques, fertilisants valorisant les effluents d’élevage…). Il interpelle aussi les pouvoirs publics « afin qu’ils encouragent beaucoup plus largement le développement des fertilisants d’origine renouvelable, en mettant en place des règles simples et claires en matière d’innocuité et de valeur agronomique, de façon à garantir la qualité des produits tout au long des cycles et ainsi permettre aux agriculteurs français d’augmenter sereinement leur autonomie vis-à-vis d’intrants minéraux majoritairement importés ».