« Nous avons déjà reçu plus d’une centaine de déclarations de sinistres. En tout, il s’agit d’un montant total d’indemnités estimé entre 5 et 10 millions d’euros », témoigne Gartenbau-Versicherung (GV), assureur allemand spécialisé en horticulture vendredi 2 juillet.

En France, les 19, 20 et 21 juin, des cellules orageuses parfois violentes se sont déplacées du sud-ouest au nord-est du pays, en frappant particulièrement le Nord et l’Est.
Des grêlons atteignant localement plus de 5 à 6 cm de diamètre ont été observés, dans le Doubs notamment.
Les cumuls de précipitations ont également été localement extrêmement élevés, comme à Beauvais (60), avec plus de 60 mm de pluie en un peu plus d’une heure.
À Reims (51), c’est surtout le vent qui a provoqué des dommages, notamment sur des serres plastique et des tunnels.

Ce tunnel a été complètement déformé par des vents violents le 19 juin à Reims, dans la Marne. ©GV

Des grêlons et inondations en Allemagne

En Allemagne, dès le lundi 21 juin, des dommages sont survenus en particulier dans le Bade-Wurtemberg, ainsi que dans le sud et le sud-est de la Bavière.
La situation orageuse a culminé mercredi 23 juin au cours d’un autre événement beaucoup plus important pour l’horticulture allemande, durant lequel des entreprises horticoles ont été dévastées, avec des pertes partielles à totales.
La région de Stuttgart et certaines parties de la Bavière ont été touchées, dont la région du grand Munich et les districts administratifs de Basse-Bavière et de Souabe.
Des orages de grêle, accompagnés de pluies diluviennes, ont produit notamment des grêlons parfois de la taille d’une balle de tennis, comme près de Reutlingen, déjà sévèrement ravagée par la grêle en 2013.

Les fortes pluies, de violentes rafales et la grêle ont causé des dommages à tout le spectre de l’horticulture. En plus des serres au vitrage éclaté, des plantes en pot dans les champs et les pépinières ont été mitraillées par la grêle ou sont restées dans l’eau.
Les surfaces de vente des commerces de détail et des jardineries sont également affectées.

Comme à chaque sinistre, les délégués régionaux de Gartenbau-Versicherung ont très vite pris contact avec les assurés touchés pour faire les premiers constats et débuter les indemnisations.

Odile Maillard

Source : Gartebau-Versicherung