Chaque année, Kantar, spécialiste des études de marché, scrute la consommation des Français en végétaux à partir d’un panel de 7 000 individus représentatifs de la population. La consommation 2020 était très attendue, car comme l’a rappelé Mikaël Mercier, président de Val’Hor, en préambule d’une restitution des résultats qui a rassemblé près de 400 personnes en visioconférence le 19 mai, « il s’est passé beaucoup de choses l’an dernier, entre les magasins qui n’ont pas pu ouvrir, l’explosion de consommation de certains produits comme les fruitiers, les mouvements dans l’immobilier qui montrent que les gens sont à la recherche d’un jardin… ». Pour lui, « l’année 2021 pourrait s’avérer exceptionnelle », mais en attendant, quid de 2020 ? C’est Béatrice Guilbert, directrice conseil pour Kantar, qui en a révélé les grandes lignes. Les Français ont peu ou prou continué à consommer du végétal. Dans le détail, les végétaux d’intérieur ont subi une forte érosion, alors que les végétaux d’extérieur ont vu leurs ventes progresser. L’autre point à retenir est que les ventes ont reculé en volume, se maintenant en valeur.
Les chiffres de Kantar montrent que « les Français ont réinvesti leurs jardins » pendant en 2020. Le premier confinement enregistre évidemment la forte baisse en mars et avril, mais un fort rattrapage a été constaté ensuite, une fois de plus surtout en valeur et pour les plantes de jardin. Les plantes d’intérieur ont souffert de l’arrêt des invitations et de la vie sociale. Côté points de vente, les marchés et les jardineries ont souffert, alors que les ventes chez les producteurs ont fortement progressé. Sans surprise, les ventes de la VPC ont aussi progressé, tout comme chez les fleuristes, avec un nombre de clients en baisse mais des paniers moyens plus importants. La grande distribution progresse aussi en fréquentation, mais sans y gagner en valeur.

Le végétal, une image très positive

Margaux Zaba, chargée d’étude, a quant à elle dévoilé une étude sur la place des végétaux dans le cœur des Français. Un travail pour lequel 5 511 personnes de plus de 18 ans ont été interrogées. Le végétal a une image très positive en France, avec beaucoup d’évocations autour de l’émotion, le bien-être, la préservation de l’environnement, le bonheur, le plaisir, etc. Ce rapport des Français au végétal « s’est intensifié avec la crise sanitaire », précise Margaux Zaba. 92 % des personnes interrogées ont au moins un végétal chez eux, 83 % en intérieur, 82 % en extérieur. A l’extérieur, les plantes sont essentiellement présentes au jardin, ce n’est le cas sur la terrasse que dans 5 % des cas, et pour la chargée d’étude, il y a là une marge de progression possible.

En moyenne, les Français possèdent 20 végétaux, 14 à l’extérieur et 5 à l’intérieur. 21 % des personnes interrogées affirment en vouloir plus, et ce, dans le courant de cette année. Les moins de 35 ans et les catégories socio-professionnelles supérieures sont 28 % à vouloir augmenter leur consommation de végétaux. 12 % des non-possesseurs songent à en acheter !

Des producteurs passionnés mais qui doivent se faire connaître

57 % des gens aiment entretenir leurs plantes, contrairement à l’image que l’on a parfois d’attentes pour des végétaux sans entretien. Quant à l’image que les Français ont des producteurs, ils les jugent passionnés pour 79 % d’entre eux, exécutant un travail de qualité pour 72 %. Par-contre, ils ne sont que 40 % à trouver qu’ils sont faciles à contacter, ce qui doit être amélioré. Seuls 5 % des personnes interrogées font appel à un professionnel pour entretenir les végétaux, 11 % ont l’intention de le faire, surtout les possesseurs de jardins.

Le niveau de connaissance des plantes reste assez timide et pourrait être amélioré, selon l’intervenante. Un quart des consommateurs trouve que les informations qu’on leur délivre manquent de clarté, 91 % aimeraient une note d’entretien plus complète avec le végétal, 89 % plus de conseils en magasin, 72 % des tutos en vidéo, 58 % des blogs. Mais globalement, l’expérience d’achat est positive, le coup de cœur restant le premier déclencheur (72 %). Enfin, les producteurs enregistrent 98 % de satisfaction de la part de leurs acheteurs, les fleuristes 96 %, les jardineries 95, les magasins de bricolage 81 % et la grande distribution 70 %. Dans l’ensemble, les Français aiment les végétaux et sont satisfaits de leurs actes d’achat, de bon augure pour profiter des bonnes ventes constatées depuis maintenant de longues semaines !

Pascal Fayolle