Huit acteurs du monde des ressources génétiques végétales, issus de multiples horizons*, ont lancé, lundi 19 avril, un « fonds de dotation pour la préservation de la biodiversité de l’ensemble des espèces cultivées et de leurs apparentées “sauvages” ». Cette démarche ne comprend pas les arbres forestiers.

Face à l’érosion importante de la biodiversité et à une prise de conscience plus prégnante, ce fonds a pour objectif de financer des activités d’intérêt général. Il s’agira, par exemple :
- de contribuer à un inventaire (dont les savoir-faire) ;
- de caractériser, d’évaluer, de conserver et d’assurer une gestion pérenne ;
- sans oublier de valoriser cette biodiversité, que ce soit dans son milieu naturel ou dans des centres de conservation.

Une réserve de réponses aux enjeux

La biodiversité cultivée concernée par cette démarche collective « est constituée d’une grande diversité génétique, sélectionnée ou parfois apparue dans des environnements variés. Elle est une réserve pouvant contribuer à des réponses potentielles aux enjeux présents ou à venir de l’agriculture, de l’alimentation, des attentes sociétales et des évolutions climatiques. Elle est également porteuse d’une valeur patrimoniale, expression d’une culture locale, régionale ou nationale », argumentent les protagonistes, qui n’oublient pas de préciser que « la préservation de cette biodiversité est déjà assurée, en France, par de très nombreux acteurs professionnels ou amateurs, selon des modalités variées de conservation, de gestion, de représentation et d’usage ».

Appel au mécénat

Ainsi, l’objectif affiché de ce fonds est de « préserver, dans le long terme, par un soutien et un financement appropriés, cette biodiversité afin d’éviter toute perte irréversible de ce patrimoine végétal vivant, source d’innovation pour l’avenir. Il sera fait appel très largement au mécénat pour l’alimenter », ont assuré les partenaires.
La présidence de ce fonds a été confiée à Marion Guillou, membre de l’Académie d’agriculture de France, ancienne dirigeante de l’Inra.
Il a pour directrice et animatrice de la coordination nationale : Audrey Didier, du Geves (Groupe d’étude et de contrôle des variétés et des semences). Il est établi 25, rue Georges-Morel, CS 90024, 49070 Beaucouzé. Tél. : 02 41 22 86 45. Courriel : audrey.didier@geves.fr

Odile Maillard

*Les huit membres fondateurs :
- le Conservatoire des collections végétales spécialisées (CCVS) ;
- le Conservatoire national des plantes à parfum, médicinales et aromatiques (CNPMAI) ;
- le Groupe d’étude et de contrôle des variétés et des semences (Geves) ;
- la Société nationale d’horticulture de France (SNHF) ;
- l’interprofession des semences et plants (Semae, ex-Gnis) ;
- l’Union française des semenciers (UFS) ;
- l’Association des créateurs de variétés fourragères (ACVF) ;
- l’Association pour l’étude et l’amélioration du maïs (Promaïs).