Le comité de gestion de la marque Végétal local s’est réuni le 14 janvier 2021 afin d’étudier les dossiers de candidature des collecteurs et producteurs souhaitant entrer dans la marque. Neuf nouveaux collecteurs de graines, producteurs de semences et plants, ont été autorisés à utiliser la marque sur leurs gammes spécifique, ce qui porte à 61 le nombre de bénéficiaires en France.

La marque Végétal local garantit la traçabilité et la diversité génétique de végétaux adaptés pour la restauration des écosystèmes et des fonctionnalités écologiques. Avec elle, « les gestionnaires d’espaces naturels, agricoles mais aussi d’espaces verts urbains ont l’assurance de trouver, dans les 11 régions bioclimatiques prédéfinies, des végétaux pour restaurer la biodiversité dans leurs opérations de génie écologique, leurs pratiques d’agroforesterie, leurs plantations de haies champêtres, leurs semis agricoles à vocation écologique, ou encore leurs fleurissements écologiques », rappelle le comité de gestion de la marque.

Des graines ou des herbacées en godets

Parmi les nouveaux bénéficiaires, trois collecteurs de graines de ligneux et un producteur de jeunes plants proposent différentes espèces d’arbres et d’arbustes :
. Anne Lachaze pour la zone Méditerranée ;
. Arbre-Haie-Forêt pour la zone Pyrénées ;
. la Fédération départementale des chasseurs de la Saône et Loire pour la zone Massif central et Bassin Rhône Saône Jura ;
. Jardifleurs pour la zone Massif Central.
Deux nouveaux producteurs proposent des plantes herbacées en godets :
. Pariciflore pour la zone Bassin parisien nord ;
. et Brin d’herbe pour la zone Massif Central.

Deux autres nouveaux entrants dans la marque proposent des mélanges de semences herbacées pour la zone Pyrénées par collecte directe mécanisée d’espèces en mélange, via le brossage de prairies naturelles de montagne : Indigraines, producteur de semences, et Eco altitude.

Enfin, le centre de production horticole de la ville de Paris a fait entrer dans la marque une gamme de plantes herbacées Végétal local pour répondre à ses objectifs de fleurissement durable et favorable à la biodiversité.
Une occasion de rappeler que les villes et les collectivités peuvent candidater pour leurs propres productions.

Une organisation qui repose sur quatre réseaux

« Il est possible de candidater et de proposer de nouvelles espèces de plantes, d’arbustes et d’arbres susceptibles de pouvoir bénéficier de la marque Végétal local tout au long de l’année. C’est lors des comités de gestion de la marque organisés chaque semestre que sont évalués les dossiers de candidature et les résultats des audits techniques et scientifiques. Ils apprécient la conformité des pratiques avec le référentiel technique de la marque », précise le Comité de gestion de la marque, dont l’organisation repose sur une gouvernance associant quatre réseaux :
. L’Office français de la biodiversité, propriétaire de la marque, qui assure sa coordination ;
. Le réseau des Conservatoires botaniques nationaux, travaillant sur la connaissance et la conservation de la flore sauvage et des habitats naturels, qui en assure l’animation nationale ;
. Plante & Cité, plateforme nationale d’études et d’expérimentations sur les espaces verts et le paysage, qui participe à la co-animation nationale ;
. L’Afac-Agroforesteries, réseau d’acteurs de l’arbre champêtre, de la haie et des agroforesteries, qui participe également à la co-animation nationale.

Pascal Fayolle