Enseignement horticole Métiers et formations : cap vers les transitions et les mutations

Jardin de Quentin.©Sebastien Goelzer
Jardin de Quentin.©Sebastien Goelzer

Dans les cinq à dix ans à venir, quels métiers et compétences seront en vogue, totalement nouveaux ? L’évolution du contexte mondial et des outils technologiques sème des incertitudes pour prévoir sereinement le futur. D’ores et déjà, quelques tendances fortes se dessinent. Elles ont été synthétisées dans un dossier, dans Le Lien horticole n° 1115 de mai 2022.

Enseignants de toute la France et représentants de professionnels se sont réunis à l’occasion de la 8e biennale nationale du réseau thématique Hortipaysages, du 13 au 15 octobre à l’école d’horticulture du Breuil, à Paris. Avec leurs collègues et le personnel de l’établissement, ils ont tenté de tracer les contours « des métiers en transition pour les productions horticoles et du paysage ». Dans cette voie, l’enseignement agricole, très impliqué, engage l’avenir – pour l’heure surtout autour de l’agroécologie –, avec les partenaires territoriaux et les entreprises, localement.

Les exemples repérés à l’international confirment la tendance. Un foisonnement d’activités s’inventent, autour de l’agroponie, de l’agriculture urbaine ou périurbaine, de l’agroécologie. On évoque même de « nouveaux agriculteurs néocitadins » (p.30, dans Le Lien horticole n° 1115 de mai 2022).

Les formations évoluent avec les métiers

Évolutions des métiers et des formations sont très liées. Ainsi, la biennale a permis de découvrir bon nombre de changements pédagogiques et de nouvelles sessions, certaines élaborées à la carte, au fur et à mesure des besoins, devançant parfois les modifications des référentiels et des diplômes.

Aux antipodes, certains webinaires pendant les confinements, ou des Salons comme celui de l’agriculture à Paris, montrent des développements marqués autour des technologies et des services. L’avenir se dessine entre deux extrêmes : nature et high-tech. Sans négliger les fonctions de communicants ou défenseurs des métiers agricoles, comme des Youtubeurs ou écrivains.

Du côté des formations, les élèves sont de plus en plus initiés très concrètement à l’expérimentation. Le lycée Angers Le Fresne a conçu, pour et avec eux, ses nouveaux équipements high-tech* et, au Breuil, l’établissement a mis en place de nombreux partenariats expérimentaux, ou avec des laboratoires de la capitale.

Par ailleurs, la santé et la place de l’humain dans les jardins ont mené à la création d’une nouvelle formation de médiateur*. Si les dernières réformes et les plans ministériels EAP (enseigner à produire autrement) sont très axés sur la mise en situation des élèves, l’apprentissage du raisonnement et la capacité à proposer des solutions, le numérique comme la reconnaissance des plantes sauvages ressortent parmi les compétences devenues incontournables pour produire et gérer plus raisonnablement.

Pour redorer l’image des formations et des métiers*, aux Pays-Bas on mise sur une fondation et des dotations financières. À Orléans (45), on tente l’humour pour attirer des jeunes.
Si le monde est en mutation, force est de constater qu’un métier traditionnel revient étonnamment en force : celui de maraîcher, pourtant dédaigné il y a juste une vingtaine d’années. Ses multiples formes (bio, permaculture, productions locales, biodiversité…) font rêver les jeunes et des citadins en mal de reconversion. L’attractivité s’est révélée encore plus forte pendant et après les confinements. Restent toutefois des doutes sur la « solvabilité », la réalité économique, des difficultés d’accès aux financements et au foncier...

Des métiers attendus, souhaités, rêvés…

Selon une enquête en ligne du Lien horticole auprès des professionnels et de sollicitations directes, plusieurs souhaits émergent :
- les métiers manquants, dont le déficit freine le développement des activités :
. producteurs de plantes locales, de produits français ;
. biologistes du sol et du vivant ;
. spécialistes en produits « phytobiologiques » (vu les obligations) et un certificat « certibiocide », équivalent du Certiphyto ;
. techniciens et praticiens en PBI, en microbiologie appliquée ;
. analystes des coûts de revient ;
. concepteurs de solutions plus ergonomiques ;
. programmateurs-réparateurs en matériels dotés d’électronique ;
. mécanotriciens en robotique ;
. techniciens et conseillers en énergies alternatives ;
. médiateurs pour relier les acteurs les plus divers en projets innovants ;
- les métiers émergents, en évolution :
. floriculteurs innovants ;
. concepteurs de matériels connectés ;
. informaticiens horticoles ;
. écotechniciens agricoles ;
. formations, en particulier dans le e-commerce ;
- les métiers rêvés :
. expert du végétal (ornemental), en voie de disparition ?
. producteur de plantes tropicales, aromatiques et médicinales ;
. enseignant ou animateur jardin, pour transmettre du savoir ;
. accompagnement à la transition en agriculture ou en jardins durables.

Odile Maillard

*Pour en savoir plus : les autres articles parus dans ce dossier :
- « Métiers en transition : entre agroécologie et high-tech » ;
- « Pédagogie en évolution : active et immergée dans les technologies » ;
- « Jardinier-médiateur, aux petits soins » ;
- « Formations en mutation : être essentiel, ludique, sérieux à la fois ».
À lire aussi : « Des voies d’apprentissage en transition ».

Ce contenu est réservé aux abonnés du Lien Horticole
Je suis abonné
Je me connecte
Je ne suis pas abonné
Je découvre