Alexandre Hennekinne, directeur général de l’école du Breuil, à Paris, explique toute la démarche d’inventaire numérisé du patrimoine végétal de l’établissement, à la fois outil pédagogique (pour 600 plantes listées dans les référentiels) et outil à disposition des visiteurs du parc.

Ce travail, débuté il y a environ dix ans, associe étroitement jardiniers, enseignants et élèves pour créer un socle documentaire numérisé, géolocalisé, étiqueté, accessible en ligne. Mille plantes ont été numérisées à ce jour. Il reste encore au moins trois ans de travail…

Ismaël Lenogue, jardinier à l’école, montre la gravure à la découpe laser des étiquettes.
Hélène Gauchon, jardinière pour le jardin de l’école, explique le fonctionnement de l’application dédiée à partir des étiquettes à QR code renvoyant vers la base de données.
La recherche est également possible depuis le site Internet de l’école et grâce à un système de géolocalisation.

Ce travail contribuera aussi à enrichir une base de données Tepik en cours de réalisation à Agrocampus Ouest avec de multiples partenaires.

Odile Maillard, François Arnould