L’extension de la loi n° 2014-110, dite loi « Labbé », concerne les terrains de sport, qui devront donc se passer d’un certain nombre de produits phytosanitaires.
Pour cette catégorie, les interdictions se feront selon deux temporalités.

À compter du 1er juillet 2022, l’interdiction d’utilisation de produits phytosanitaires s’appliquera partout, hors exceptions.
Sont aussi concernés les golfs et les practices de golf, uniquement s’agissant des départs, greens et fairways.

L’interdiction des autres espaces est repoussée au 1er janvier 2025. Cette date concerne les terrains de grands jeux (football, rugby, hockey, base-ball et football américain), les pistes d’hippodrome et les terrains de tennis sur gazon, dont l’accès est réglementé, maîtrisé et réservé aux utilisateurs.
Il est à noter que les interdictions s’appliquent également à la gestion des abords.

Inventaire et diagnostic pour adapter sa stratégie

Durant ce webinaire* organisé entre autres par le CNFPT, Plante & Cité et la Fredon, Florian Lucas, de la Fredon Auvergne-Rhône-Alpes, a présenté la démarche à suivre pour se passer de pesticides et aller vers le zéro phyto dans les terrains de sport.

La première étape : effectuer un inventaire détaillé des moyens humains, techniques et financiers (volume d’heures disponibles dédiées à l’entretien de terrains et besoins en formation, matériel présent en interne et son usure, le budget par terrain...).
La deuxième étape : connaître son terrain, ses particularités, ses défauts, ses avantages… grâce à un diagnostic précis : profil cultural, diagnostic des systèmes d’arrosage et de drainage, l’utilisation des terrains, analyse de sol.

Cette démarche permet de constater les problèmes (présence d’adventices, de maladies, de ravageurs, problèmes agronomiques) et d’en identifier les causes. En croisant l’ensemble de ces éléments, une stratégie réaliste et adaptée pourra être mise en place afin de répondre aux différents besoins.

À lire aussi sur le sujet : Zéro phyto : se passer de pesticides dans les cimetières

Léna Hespel

*Pour voir ou revoir ce webinaire